L’heure de la pleine activité a sonné pour les vers de terre

© Olivier Digoit / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

A la nuit tombée, ils sortent. En nombre. Mais au petit matin, tous ont disparu. Seul témoignage de leur intense activité, d’innombrables turricules entre les pousses de blé tout juste germé. Ces petits tortillons, ce sont les déjections du ver de terre. Elles sont composées de terre, de matières végétales décomposées et de microorganismes.  Mais il y a plus si vous vous penchez et observez attentivement. Ici, là, les turriculés sont mêlés à divers brindilles et débris formant des amas, appelés cabanes. Elles sont placées au-dessus de l’orifice du tunnel qu’ils ont creusé pour parvenir en surface. Pour les agriculteurs, ces cabanes sont précieuses. A l’intérieur, l’hygrométrie et la température sont telles que l’activité microbienne explose. Puis, en mangeant les fragments organiques entassés sous ces monticules et en les emportant sous terre, le ver va contribuer à enrichir le sol. Ce qui vaut à ces petits animaux d’être surnommés ‘les intestins de la terre’.

Bourgogne Franche-Comté

VOIR SUR LA CARTE

Notre partenaire

Mélanie Petit