Même les loris hibernent!

Ch'ien Lee / Minden Pictures / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Qu’ont en commun la marmotte, le souslik, le loir et le loris ? Si les trois premiers sont des rongeurs vivant en Europe, le quatrième est un primate vivant dans les forêts tropicales d’Asie du sud-est. Pourtant tous passent la mauvaise saison de la même façon. En effet, alors que l’hibernation n’était connue au sein des primates que chez trois espèces de lémuriens malgaches, les chercheurs viennent de découvrir ce phénomène chez le loris paresseux pygmée. A partir de décembre jusqu’en février, à la manière de notre marmotte, le petit primate nocturne de 400 grammes réduit sa température corporelle ainsi que son métabolisme et entre en état d’hibernation. Ceci se produit à l’époque où la nourriture (termites et fruits) est la moins abondante en forêt et lui permet ainsi d’importantes économies énergétiques. Cette découverte pourrait laisser penser que l’hibernation était un phénomène commun aux primates qui a été petit à petit perdu au cours de l’évolution. Source : Scientific Reports