Orge : l’importance de la dernière feuille

Emmanuelle Grundmann

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

En ce 1er mai tout pousse à vitesse grand V et l’orge d’hiver doit être surveillée de près. Semée en octobre, on aperçoit déjà les épis de la céréale, encore emmitouflés dans un cocon formé par la dernière feuille qui déroule petit à petit son limbe. Cette dernière feuille est cruciale. De sa croissance et de son état de santé dépendront la qualité des grains dans l’épi. Plus elle sera large et grande, plus la photosynthèse sera intense et l’épi bien rempli. Cette année, on aperçoit dans champs quelques tâches de couleur plus claires, presque jaunes par endroits. Là, l’orge est touchée par un virus appelé jaunisse nanisante, une maladie véhiculé par les cicadelles et les pucerons suceurs de sève qui rend les plantes maigrichonnes. Cette céréale est cultivée depuis l’Antiquité et on retrouve différentes variétés des tropiques aux plateaux tibétains.

Bourgogne Franche-Comté

VOIR SUR LA CARTE

Notre partenaire

Mélanie Petit