Pourquoi chez les indris, les ados chantent-ils faux

© Bernard Castelein / naturepl.com

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Non seulement l’indri peut se targuer d’être le plus gros des lémuriens actuels mais au palmarès des mammifères chanteurs, il arrive en tête avec le gibbon et la baleine à bosse. Débutant par un rugissement destiné probablement à attirer l’attention de son public, il se poursuit par des envolées lyriques. Inoubliables pour qui l’entend ce chant de l’indri sert tout à la fois à renforcer les liens familiaux (le primate vit en petits groupes composées d’un couple et de leurs jeunes) comme à protéger leur territoire d’éventuels intrus. Mais les chercheurs viennent de découvrir que tous les indris ne jouent pas le jeu. Certains chantent délibérément faux et ne s’accordent pas avec la partition familiale. Ces dissonants sont toujours des adolescents qui n’hésitent pas à inventer de nouvelles notes qu’ils intercalent entre les couplets entonnés par leurs parents. Esprit de rébellion ? En quelque sorte car s’ils chantent mal, c’est avant tout pour se faire remarquer des autres indris du voisinage. En effet, comment se faire connaître si l’on chante à l’unisson avec ses aînés ? Ainsi, ils peuvent déjà lancer un message à un futur partenaire potentiel avant de rentrer dans le rang et chanter de nouveau juste et en chœur avec leur future famille. Source : Sciences & Avenir et Frontiers in Neuroscience