Sable ou galets ? Le Pluvier neigeux a tranché.

Sebastian Kennerknecht / Minden Pictures / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Perturbations humaines ou présence de prédateurs, plus que tout, c’est le choix de la plage qui influence le plus le taux de survie des oisillons de pluviers neigeux. C’est ce qui résulte d’une longue étude de 13 ans, menée notamment à Sand Beach en Californie où le limicole avait disparu lorsque de son ouverture aux touristes dans les années 1960. La protection des nids, à même le sol, par de petits enclos n’a eu aucun effet notable sur le taux de survie des poussins. Néanmoins, les  chercheurs se sont aperçus que bien que les individus pondaient moins d’œufs lorsque les nids se situaient sur des plages de galets ou de graviers, le taux de survie était bien plus élevé. La raison : un camouflage excellent qui leurre même les corbeaux et corneilles, redoutables prédateurs du pluvier. Source : Condor

California

VOIR SUR LA CARTE