Tout est dans les ailes pour le monarque !

Frans Lanting / Mint Images / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Le papillon monarque réalise chaque année l’une des migrations les plus spectaculaires du monde animal. L’automne venu, l’insecte quitte le nord est des Etats-Unis et du Canada pour un vol au long cours de plusieurs milliers de kilomètres avant de rejoindre le Mexique pour hiverner. Si les chercheurs savaient que tous n’arrivaient pas à destination, les raisons derrière le succès ou l’échec des papillons étaient jusqu’à ce 4 octobre inconnues. Tout réside dans l’aile ! C’est ce qu’on découvert les spécialistes en comparant les candidats chanceux et malchanceux. Les premiers partis ont des ailes plus grandes, effilées et tirant sur le rouge tandis que les papillons prenant la route plus tardivement et sans toujours arriver à destination sont plus pâles et ont une surface alaire plus faible. Ce sont donc les voyageurs précoces qui cumulent tous les avantages et sur lesquels il est important de focaliser les actions de conservation. Source : Animal Migration