Un revêtement anti-givre pour les manchots papous

Paul Souders / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Au cœur de l’hiver antarctique, les températures tutoient régulièrement les -40°C sans oublier un vent cinglant et glacé dépassant facilement les 140km/h. Pourtant, les manchots semblent s’accommoder de ces conditions extrêmes et jusqu’à ce 29 novembre, les spécialistes se demandaient comment leur pelage ne givrait pas alors que les oiseaux n’ont de cesser d’aller et venir en terre et mer. La réponse à cette prouesse tient dans la structure de leurs plumes. Elles sont constituées de nano-pores remplies d’air qui rendent le plumage hydrophobe. De plus,  ce dernier est enduit d’un mélange de cires et d’huiles sécrétées par la glande uropygienne, située sous le croupion. En combinant ces deux éléments, l’eau ne peut que ruisseler et il n’y a alors plus aucun risque que le plumage ne gèle en surface. Un dispositif essentiel lorsque l’on vit sous ces latitudes et dont ne disposent pas les manchots de Magellan par exemple, habitués aux eaux plus chaudes ! Source : American Physical Society's Division of Fluid Dynamics