Une surprise de taille chez les orangs-outans de Sumatra

© Minden Pictures / Cyril Ruoso / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Le tout dernier recensement des orangs-outans de Sumatra, l’une des deux espèces de grands singes roux asiatique, a apporté son lot de surprises. Alors que la population plafonnait jusqu’à ce mois de mars  à 6 600 individus dans la nature, les nouvelles estimations suites aux recherches menées par le professeur Serge Wich annoncent un chiffre de 14 613 individus. Mais les populations du primate n’ont pas miraculeusement doublé pour autant depuis 2004, date du dernier recensement. La raison principale tient dans le fait qu’il a toujours été tenu pour un fait acquis qu’aucun orang-outan ne vivait au-dessus d’une altitude de 900 mètres mais aussi que certaines zones notamment d’exploitation forestière ont été ignorées. Or, c’est là, qu’une partie des ‘nouveaux’ orangs-outans ont été dénombrés. Si la nouvelle peut sembler excellente, le grand singe roux n’en reste pas moins menacé. De nombreuses forêts marécageuses, son habitat de prédilection, ont été déboisés ces dernières années pour la culture intensive du palmier à huile. Les marais de Tripa où la densité d’orangs-outans était la plus forte et où les scientifiques ont découvert d’uniques comportements d’utilisations d’outils par les primates ont été rasés dans leur quasi totalité par exemple. Ce chiffre, s’il peut nous réjouir, doit également être moteur dans la lutte pour la préservation des dernières forêts d’Indonésie et de ses habitants. La survie du grand singe tient toujours à un fil et il est crucial que les sylves encore intactes restent préservées des tronçonneuses et des monocultures de palmier. Source : Science Advances