Le combat de Cuba contre la rascasse volante

© WaterFrame RF / WaterFrame RF - Agence / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

D’une exubérante élégance, la rascasse volante est un poisson corallien vivant dans les récifs du Pacifique et de l’océan Indien. Appelée aussi rascasse-poule, poisson-dindon ou poisson-lion, ce voilier aux multiples sobriquets n’a pas que des admirateurs. A Cuba, une bataille vient d’être lancée contre cette espèce. La bête est ici un alien. Un poisson ‘exotique’ devenu envahissant. C’est en 1992 que tout a débuté avec le passage de l’ouragan Andrew qui a détruit un aquarium en Floride sur son passage. Ce faisant, il a libéré six rascasses volantes qui, s’accommodant de ce nouvel écosystème ont commencé à se reproduire et à voyager de plus en plus loin dans les Caraïbes. Contrairement à leur habitat naturel, elles rencontrent ici peu de prédateurs et peuvent proliférer, d’autant que leurs nageoires sont équipées d’épines acérées venimeuses. Seules les langoustes semblent trouver cet alien à leur goût tandis que même les requins passent leur chemin. Comme la rascasse volante se goinfre de larves et d’alevins, un fort déséquilibre se crée dans les récifs où elle s’est établie. Afin de tenter de contrer son expansion, Cuba a décidé de favoriser sa pêche et sa consommation. Mais la rascasse pourrait réserver une autre surprise car les chercheurs de l’université de la Havane viennent de découvrir que le poison qu’elle sécrète aurait des propriétés anticancéreuses. Source : AFP