Manchots recherchent crevettes désespérément

Manchots Adélie © Minden Pictures / Flip Nicklin / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Cette année, les manchots errent désespérément dans les eaux glacées de la péninsule occidentale antarctique. Le krill, leur nourriture quasi exclusive s’est raréfiée. Si cette baisse de la population de crevettes ne s’est pas encore étendue à tout le continent, elle inquiète déjà les chercheurs. En effet, le krill forme le pilier de l’écosystème et alimente autant les manchots que les phoques ou les baleines. En cause, le réchauffement climatique et la surpêche. Ici, les températures ont augmenté de 3°C en un demi-siècle rendant la banquise plus fine et moins étendue. Or, cette couverture glacée est cruciale pour ces petites crevettes, notamment parce qu’elle sert de substrat aux algues dont elles se nourrissent. De plus, les navires pêchent trop près des colonies de manchots. Les 300 000 tonnes de krill prélevées annuellement sont utilisées pour la confection de farines destinés à nourrir des poissons d’élevage et pour la fabrication de gélules d’Omega 3. La création d’une importante zone protégée dans la mer de Ross pourrait réduire les pressions sur les populations d’espèces sensibles comme les manchots mais la Russie s’y est opposée. Quant aux quotas de krill qui doivent être décidés à la fin de l’année, la bataille risque d’être rude, la Chine et la Russie entre autres pays, veulent se garder la liberté de capturer autant de crevettes que possible. En attendant, les manchots crient famine et leur nombre décline dans cette région comme le notent les chercheurs. Source : AFP