L’or rouge fleurit dans le Quercy

fleurs de safran © Juan-Carlos Muñoz / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Si l’automne signe le ralentissement de la nature pour un prochain endormissement hivernal, certaines plantes sont à contre courant et fleurissent en cette fin octobre.

Si vous connaissez les crocus, dont les fleurs percent souvent la neige hivernale pour s’épanouir, ils ont un cousin, originaire de Crète. Cultivé pour la première fois en Grèce il y a plus de 3500 ans, le safran est une épice précieuse cultivée tant pour ses propriétés culinaires que médicinales ou tinctoriales.

En France, c’est dans le Quercy que cette culture s’est implantée il y a cinq siècles environ. En témoigne le nom de ‘safran’ donné au 2ème vendémiaire (23 septembre) dans le calendrier révolutionnaire, pour célébrer la date à laquelle apparaissaient les toutes premières fleurs.

En ce moment, c’est la récolte de cette incroyable plante-épice. De 1000 à 1500 fleurs sont ramassée chaque matin puis il faut séparer le pistil rouge profond (la partie donnant le safran) des pétales, à raison de 500 à 700 fleurs triées par heure. Une opération minutieuse et délicate qui explique le prix très élevé – 30 000 euros le kilo, autant qu’un lingot d’or - de cette épice.

Le safran ne doit pas être confondu avec un autre cousin s’épanouissant en fin d’été, début d’automne, la colchique, très toxique.