Le pôle nord en surchauffe

Sue Flood / Robert Harding / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Du fait des basses pressions atmosphériques qui dominent en ce moment et dont résultent les vents forts actuels, les tornades au sud-est des USA ou les fortes précipitations au Royaume Uni,  le pôle nord n’a jamais eu si chaud. Les spécialistes estiment qu’il fera certainement 35°C de plus que la température habituelle cette semaine en Arctique. Soit aussi chaud qu’à Istanbul ou Vienne avec un thermomètre affichant environ 5°C au lieu des -30°C de rigueur au cœur de l’hiver polaire. Si les fluctuations à ces latitudes sont fréquentes, elles sont rarement si extrêmes et elles coïncident avec l’hiver particulièrement doux que vivent les québécois ou les européens ainsi que les inondations très violentes qui sévissent en Amérique du Sud. Les conséquences de telles températures ne sont pas sans impact sur la faune arctique qui dépend de la formation de la banquise pour sa survie. Source : The Guardian