Quand l’Islande transforme le C02 de l’air en pierre

centrale géothermale de Krafla © Cyril Ruoso / Biosphoto

+ A A -

Emmanuelle Grundmann

Rejeté en masse par les activités humaines et notamment par la combustion des énergies fossiles, le dioxyde de  carbone s’accumule dans l’atmosphère, augmentant l’effet de serre et donc le réchauffement climatique. Jusqu’à aujourd’hui, des essais de capture et stockage sous terre de ce CO2 gazeux excédentaire ont été tentés, mais le coût d’une telle entreprise et les risques de fuite rendent ces projets peu envisageables à grande échelle. L’Islande pourrait avoir trouvé une autre solution innovante et sûre. En effet, des ingénieurs ont découvert comment transformer cette substance gazeuse en un minéral solide qui ne risque pas de fuir vers la surface. L’idée consiste à injecter le C02 sous l’Islande au cœur de la roche volcanique. Le gaz réagit alors avec le basalte pour former des carbonates et le tour est joué. Il faut 2 ans pour clore le processus alors que des centaines de milliers d’années sont normalement nécessaires. Par ailleurs cela est peu coûteux en énergie et nécessite surtout d’importantes quantités d’eau qui peuvent très bien provenir de la mer et être salées. Ces roches basaltiques sont très répandues dans la croûte océanique et l’Islande prévoit d’ores et déjà de transformer et enfouir 10 000 tonnes de C02 par an. Si ce mécanisme ne pourra pas être le seul à l’œuvre pour capturer tout l’excédent de C02 de l’atmosphère, c’est une avancée cruciale pour enfouir et neutraliser à moindre coût et à moindre risque, une part importante de ce gaz à effet de serre que nous avons rejeté par nos activités dans l’air. Source : Science & The Guardian